Les travailleurs de TOTAL entourés pour un rassemblement

jeudi 26 mars 2015
par  ANC 13 - Rouge Vif
popularité : 2%

Le soleil, la fraternité et le premier barbeuc du printemps s’étaient donné rendez-vous devant la raffinerie TOTAL de la Mède. Rassemblement unitaire initié par l’UL CGT de Martigues, prises de parole et surtout propositions syndicales et politiques étaient au menu avant les saucisses & merguez.

L’entreprise TOTAL, oui celle qui a distribué 7 milliard € d’euros de dividendes l’an dernier, celle-ci a multiplié les effets d’annonces dans la presse sous couvert de fuite bien dissimulées pour rassurer ses actionnaires que le train du capital ne s’arrêtera pas en 2015. L’entreprise dont le seul salarié de France est décédé dans un terrible accident de jet l’an dernier ne voudrait pas ralentir la machine a produire de l’argent sur le dos des salariés. En court-circuitant TOTALement les instances de l’entreprise où siègent les représentants des salariés, TOTAL laisse entrevoir un autre modèle de production en France.

L’UL CGT de Martigues a lancé un texte pour mobiliser organisations syndicales, associatives et politiques [1]. C’est donc une déclinaison locale du collectif du 18 janvier 2014, dont Rouges Vifs 13 est partie prenante et qui nous a permis déjà bien des initiatives et avancées dans la Lutte, qui a été mise en place autour de la raffinerie de La Mède. C’est bien la convergence des luttes à la Mède, à travers leur trajectoires différentes, syndicales, associatives ou politiques, qui a été initiée hier.

Initiée, parce qu’à moins que TOTAL recule sur son projet de restructuration, en un mot modification radicale de l’activité sur la Mède, c’est comme le disait Thierry, une première prise de contact. Histoire de dire qu’on était tous d’accord pour affirmer que la raffinerie ce n’est pas celle de TOTAL encore moins celle des actionnaires, mais bien celle des travailleurs. Histoire de dire qu’on est devant et debout.

Chacune des organisations signataires a pris la parole.

D’abord un des représentants CGT de travailleurs du site, qui rappelait le contexte de l’action et l’horizon des projets funestes de TOTAL qui se fiche bien de la Mède Les milliards distribués, les emplois concernés, les chiffres bidonnés par l’entreprise du CAC 40 pour prétendre que l’activité d’ici ou de là est déficitaire, en un mot "vos salaires avec vos droits sociaux français nous emmerdent on va vous montrer ce que c’est que de faire du vrai argent."

A la suite intervenait Benjamin, qui lui, dans son usine des Flandres, avec ses copains a vécu la fermeture de la raffinerie et sa en reclassification en dépôt. C’est bien de « passage à l’acte » de mensonges, et qu’en face « c’est pas des gentils […] les mensonges il y en aura, ils ne seront pas à un près » dont il parlait pour ne dire que quelques mots. Cela fait froid dans le dos, c’est bien ce qu’il se passe quand les patrons décident que la vie des ouvriers cela ne vaut pas un petit bonus dans leurs parachutes sanglant. Cette histoire ce n’est pas seulement celle des travailleurs TOTALment broyés des Flandres mais bien celle que les capitalistes nous jouent depuis Germinal.

Venait le tour d’Ensemble et du PCF de soutenir le combat des syndicalistes et de souligner l’intérêt des luttes. Rouges Vifs Ouest Étang de Berre intervenait également.

Pour nous la réponse doit être à la hauteur des enjeux : la nationalisation des moyens de production et de d’échange. Tout en rajoutant que cette nationalisation doit en être véritablement une et non reproduire ce que l’on a trop ailleurs dans des entreprises dites nationalisées à savoir : une entreprise où l’état décide de tout et adopte les critères de gestion capitaliste, avec le profit contre les hommes. Quand on parle de nationalisation on parle bien de contrôle et de gestion par les travailleurs et à leur bénéfice, avec toutes les dimensions que cela comporte : maintien de l’outil industriel et des emplois, approfondissement de la recherche et du développement, progrès social... bref c’est à nous , reprenons le. Et oui c’est possible ! Vous pouvez lire l’intervention complète à la fin de l’article.

L’intervention de l’UD CGT clôturait la prise de parole, en ré-insistant sur les aspects syndicaux, le combat et la convergence des luttes qui doivent être maintenus et surtout en remettant une couche sur la ré-appropriation collective des moyens de production.

Le soir, à Port de Bouc, lors d’une réunion des signataires locaux de l’appel du 25 mars 2014 ceux-ci échangeaient sur le rassemblement du matin auquel ils décidaient de donner une suite.


[1Signataires : CGT TOTAL La Mède, CGT - Centre Hospitalier Martigues - UL CGT
Martigues - Ensemble Ouest Etang de Berre - UL CGT Fos sur Mer - Syndicat CGT
Multiprofessionnel Fos sur Mer - UL FSU Martigues - UD CGT 13 - CGT Complexe
Pétrochimique Lavéra - PCF Châteauneuf les Martigues - CGT Petroineos/Ineos Lavéra -
Gaby CHARROUX Député-Maire de Martigues - UL CGT Port de Bouc - UL CGT Istres - UL
CGT Port St Louis du Rhône - Rouge Vif Ouest Etang de Berre - UR CGT Chimie PACA -
CGT LBI Berre - Collectif La Mède Demain - CGT Kem One Fos - Union Syndicale de la
Construction, Bois et Ameublement CGT 13 - UL CGT Berre - Fédération PCF des
Bouches du Rhône



Documents joints

PDF - 199.5 ko

Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur