Le travailleurs publics dans la rue mais aussi le privé !

vendredi 16 mai 2014
popularité : 2%

Répondant à l’appel d’une intersyndicale large, c’est plus de 25 000 travailleurs qui sont descendus dans la rue à Marseille.

Une intersyndicale large

La CGT, la JC, la FSU, Solidaires, la CFDT, l’UNSA, La CFTC, l’UNL, l’UNEF, la FIDL d’une part et FO qui faisait cortège à part, ce sont toutes ces organisations qui appelaient à se mettre en grève et à battre le pavé ce 15 mai 2014. Le point de revendication central : la ré-évaluation des salaires, contre le gel des salaires des fonctionnaires en place depuis 2010. Les travailleurs de la fonction publique, mais pas seulement, ont été véritablement unis aujourd’hui pour faire face à ce non changement. Au-delà des salaires c’est aussi la questions des moyens des services publics qui est posé par les centrales syndicales. Si le nombre d’organisations, si le nombre de manifestants ne suffisent pas, ils va nous falloir fournir des supers coton-tiges aux gouvernants...

La banderole unitaire de la manif des Bouches-du Rhône

Public ...et privé

L’appel syndical était lancé initialement aux travailleurs du public, mais comme il ne peut y avoir de services sans production et vice-versa, à Marseille c’est un rassemblement plus large qui a eu lieu. Dans le cortège CGT on a pu voir les Fralibs bien évidement, accompagnés des moulins maurel, des travailleurs de la centrale de gardanne.

La défense de l’emploi, notamment industriel, passe inévitablement par une politique publique au service des travailleurs. Le gouvernement actuel après deux ans de mandat, des promesses par milliers, est bel est bien en défaut dans les dossiers de défense de l’emploi dans les Bouches-du-Rhône. C’est la classe ouvrière qui reste sur le carreau et c’est le message que renvoyaient les manifestants.


Les salarié(e) mobilisé(e)s de la centrale de Gardanne

L’emploi au cœur du cortège

"A l’hôpital y’a du travail
A l’extérieur y’a des chômeurs
Embauchez !
Embauchez !"

C’est le slogan que l’on pouvait entendre dans le groupe des salarié(e)s de la santé particulièrement nombreux de l’hôpital de la Timone, au CHU nord en passant par toutes celles et ceux des différents établissements du département.

Les chômeurs et précaires CGT étaient également présents. Au-delà de la question des salaires c’est aussi la questions du nombre de personnel déployé afin d’assurer un service public de qualité. C’étaient les revendications donnés à l’action du comité CGT chômeurs et précaires à la CAF de Malaval le matin. Les manifestants étaient également bien conscients de la question de l’emploi en le plaçant au centre de leurs slogans.


Le comité chômeurs et précaires CGT des Bouches du Rhône

Le changement, c’est dans les dents ?

Le gouvernement PS (Pseudo Socialiste, on précise...) ne semble pas apporter le changement dans le domaine du service public (un de plus !). En prolongeant le gel des salaires et en demandant aux travailleurs publics de fournir des efforts, c’est un véritable crachat qu’il nous renvoie. La question que l’on se pose aujourd’hui c’est « où est le changement ? ». Sans se faire d’illusion en 2012, à Rouge Midi on avait déjà notre petite idée... Le changement semble bel et bien disparu sur l’autel du capitalisme, avec un pacte d’austérité caché en responsabilité. Mais alors qui à la responsabilité ? les gens qui travaillent où les gens qui s’évadent fiscalement ? ceux qui sont au chômage pour cause de « restructuration » ou ceux qui empochent les millions en dividende ?


le cortège marseillais au cours Lieutaud

Les négociations sur le parcours professionnel dans la fonction publique commencent lundi prochain, les costards-cravates du ministère de la fonction publique auront au moins le son de cloche la rue !

Crédit photos : vincent d.
Plus de photos en plus grand ici !



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur