Les voeux du syndicat CGT de la Centrale

mardi 11 janvier 2022
par  Charles Hoareau
popularité : 21%

Chers camarades,

Tout d’abord permettez-moi, au nom du syndicat CGT de la Centrale de Gardanne, saluer la présence de plusieurs organisations qui ont toujours apporté leur soutien à la lutte des travailleurs de la Centrale de Gardanne. C’est aussi grâce à cette solidarité et ces soutiens que nous pourrons obtenir un avenir industriel à la Centrale. Je tiens particulièrement à saluer pour leur présence les camarades de L’union Départementale CGT des Bouches du Rhône, de l’Union Locale CGT de Gardanne, de l’Union Locale CGT de Port de Bouc, de l’Union locale CGT de Martigues, du Syndicat CGT des territoriaux de Gardanne, du Syndicat CGT du Grand Port Maritime de Marseille, du syndicat CGT des dockers de FOS, du syndicat CGT Energie Marseille, du syndicat CGT Energie Provence, de la coordination régionale FNME CGT, du syndicat CGT de la SAD, du Parti Communiste Français, de l’ANC et de Progexa. C’est notamment grâce à la participation des camarades de ces organisations que notre lutte ne s’essouffle pas et que la victoire est toujours possible.

L’année 2021 a été marquée par des situations inédites à la Centrale de Gardanne comme dans le reste du pays.

Je commencerai par faire un point sur la situation sanitaire du pays. Même si tout est fait pour nous démontrer que le Covid est la cause de toutes les difficultés que rencontrent les populations et les travailleurs aujourd’hui, il reste évident pour la CGT que les vrais problèmes viennent des politiques menées par les gouvernements successifs depuis des décennies.

Même si l’épidémie est réelle, elle n’a fait que démontrer que par la privatisation, la casse et le morcellement du système de santé, les politiques capitalistes nous ont mené dans cette situation de tension hospitalière.

Depuis des années la CGT dénonce et combat ces politiques mises en place qui consistent à déverser des milliards aux actionnaires à travers des exonérations d’impôts, de cotisations sociales et à coups de plans de relance au détriment d’un vrai service public de la santé permettant de répondre aux besoins des populations.

La gestion de la situation sanitaire par le gouvernement est voulue en tant que telle. Ce n’est ni de l’incompétence ni de l’improvisation mais bien de l’idéologie, ce qui lui permet de profiter d’une question de santé publique pour s’attaquer encore aux conquis des travailleurs ainsi qu’aux libertés individuelles de la population.

Je tiens à rappeler que notre syndicat CGT de la Centrale de Gardanne s’oppose fermement à la mise en place d’un pass sanitaire ou vaccinal ou à toute autre forme de privation de liberté.

Evidemment, pendant que certains médiats complices du gouvernement saturent les ondes avec des questions de vaccination ou pas, le Président de la république continue d’arroser ses copains milliardaires sur le dos des travailleurs qui produisent les richesses. Ainsi les questions sociales (salaire, emploi, industrie, protection sociale… pour ne citer que celle là) se trouvent effacées volontairement du débat public.

A la Centrale de Gardanne aussi nous connaissons un milliardaire, notamment l’actionnaire Kretinsky. Lui aussi capte de l’argent public sur le dos des travailleurs en particulier par le contrat Biomasse. Mais cela ne suffisant pas, un accord qui n’est plus un secret a été passé entre lui et l’Etat français. Tout le monde sait aujourd’hui que cet accord prévoit une rétribution d’une centaine de million d’euros à l’entreprise par le biais de subventions liées à leur projet industriel. La contrepartie attendue par l’Etat était la mise en place du premier plan de licenciements contraints dans les IEG avec en particulier la casse des travailleurs de la Centrale de Gardanne et de leur syndicat CGT.

Nos convictions, notre détermination et notre démarche nous permettent encore d’être dans la lutte à ce jour. Car s’il est vrai que des licenciements ont déjà eu lieu depuis le mois d’aout, les camarades concernés sont toujours présents à la Centrale et déterminés à gagner un avenir.

La direction, non satisfaite d’avoir licencié des travailleurs, elle s’attaque maintenant aux salariés restant sur le site à travers des menaces, des intimidations ou des sanctions. Soyons persuadés que la CGT ne restera pas immobile face à ces agissements.

Malgré toutes les attaques de la direction, les travailleurs avec la CGT continuent d’œuvrer pour obtenir un avenir pour la Centrale.

Nous avons donc terminé l’élaboration de la première partie de nos projets, la production de méthane et d’hydrogène par pyrogazéification, ainsi que la cogénération qui sera présentée aux travailleurs de la Centrale et aux organisations de la CGT dans les jours à venir.
Tous les obstacles qui nous ont été opposés par l’Etat et l’entreprise, nous avons su y répondre et les surmonter que ce soit sur les aspects techniques, environnementaux ou sur le foncier. Cela a été possible grâce à notre intelligence collective et à la mise en œuvre d’un rapport de force des travailleurs de la centrale de Gardanne et des organisations de la CGT.

Il ne reste donc que la décision politique. Nous comprenons tous que ceux d’en face ne veulent pas d’une victoire éclatante des travailleurs avec la CGT. Mais peu importe la forme qu’ils choisiront, il faudra bien qu’ils se dévoilent pour que notre avenir à tous soit assuré à la Centrale de Gardanne et avec le statut IEG.

Quoi qu’il leur en coûte, vu que c’est leur phrase fétiche, nous sommes déterminés et nous ne lâcherons pas pour maintenir la Biomasse en état de marche et avoir un réel projet industriel permettant la réintégration des travailleurs licenciés.

Comme je le disais en introduction, nous ne sommes pas isolés dans ce combat. De nombreuses organisations de la CGT nous soutiennent et participent significativement à notre lutte, soit par solidarité soit par convergence et cela dépasse largement les frontière de notre département.

Une démarche commune, avec les syndicats CGT des dockers de Fos, du Grand Port Maritime de Marseille, nos fédérations respectives et l’Union Départementale des Bouches du Rhône, nous amène à réfléchir collectivement et toujours dans l’intérêt des travailleurs à la stratégie à mettre en place dont l’objectif commun est la victoire.

Cette victoire passe nécessairement par :
• une tranche Biomasse qui fonctionne pour garantir l’emploi des camarades qui ne sont pas licenciés et pour assurer sa part dans l’activité de vrac solides sur le port,
• La réalisation de projets industriels permettant le réemploi au statut IEG des camarades licenciés,
• La mise en place d’un tuilage permettant de maintenir l’ensemble des conditions salariales et sociales liées au statut IEG pour les camarades licenciés jusqu’à leur réembauche dans le cadre des projets à venir.

Une Biomasse qui fonctionne, cela ne peut se faire qu’avec des moyens humains et financiers à la hauteur. C’est d’ailleurs pour ces raisons que la Biomasse ne fonctionne toujours pas. La direction ayant viré le personnel nécessaire à son fonctionnement elle tente par tous les moyens de répercuter cette charge de travail sur le personnel restant. C’est pour cela aussi que la semaine dernière et aujourd’hui, nos camarades rondiers sont en grève. Ils refusent à juste titre l’élargissement de périmètre voulu par la direction et revendiquent comme nous tous qu’un projet industriel concret voit le jour ici à la Centrale de Gardanne.

Comme quoi il est toujours possible de résister contrairement à certains qui par opportunisme et par lâcheté sont prêts à ramper devant la direction.

Dans notre contexte local et en lien direct avec notre démarche commune avec les camarades dockers, portuaires, la CGT appelle à la grève ce jeudi 13 janvier. Un meeting de lutte est organisé le 25 janvier prochain sur notre site sachant que la FNME CGT appelle à la grève reconductible partout où cela est possible à partir de cette date. Le syndicat CGT de la Centrale de Gardanne appelle aussi à une journée de grève et de manifestation le jeudi 27 janvier.

Encore une fois, ces dates ne sont que des étapes dans notre combat qui ne s’arrêtera que lorsque l’avenir de la Centrale, de nos emplois, et celui de nos camarades dockers et portuaires sera assuré.
Cher camarades je conclurai naturellement en souhaitant, au nom du syndicat CGT de la Centrale de Gardanne une bonne année, la santé à vous et vos proches et des victoires pour tous les travailleurs en luttes.

VIVE LA CGT !! VIVE LES TRAVAILLEURS EN LUTTE !!
CEUX QUI VIVENT SONT CEUX QUI LUTTENT
On va les niquer !!



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur