Voeux de Rouge Vif/ ANC 13 : une réussite

mercredi 31 janvier 2018
par  Rouge Midi
popularité : 2%

On le sentait venir et on en a eu la confirmation, les voeux 2018 de Rouge Vif/ANC 13 ont battu des records de participation malgré les fortes pluies qui ont retenu chez eux nombre de camarades annoncés et qui se sont excusés au dernier moment. C’est dans une ambiance chaleureuse que cette initiative traditionnelle s’est déroulée.
Tout d’abord c’est Rim, notre camarade de SCOP-TI qui tint le micro, une fois n’est pas coutume, non pas pour nous émouvoir sur le conflit de Fralib et ses suites, mais pour présenter la soirée et les intervenant-e-s.

Après avoir remercié les organisations présentes (associations de soutien à la Palestine, Marseille-Résistance, l’AAPPI, la JC, le PCF [la fédération était présente, une première, le NPA s’était excusé]...) et les syndicats (UD CGT, Carrefour, nettoyage, marins, chimie, portuaires, territoriaux....) elle présentait la carte postale à adresser à Georges Ibrahim Abdallah en prison depuis 1984, carte toujours disponible à rouge vif.

A sa suite le premier intervenant était Vincent DULOUT, président de rouge vif 13 dont l’intervention est reproduite intégralement ci-dessous.

Camarades,
Bon ici,
c’est pas Versailles, d’ailleurs le local n’est certainement pas assez grand pour accueillir 140 personnes encore moins des patrons,
Et c’est tant mieux parce que notre monde c’est pas cela,
Ce n’est pas l’argent et la caste des patrons,
mais la fraternité et la solidarité,

Quoi de mieux pour commencer l’année que de se souhaiter une année de fraternité, de paix et de luttes !

Bonne année donc mes camarades, à vous, vos familles et vos collègues de luttes

Et c’est pas les luttes qui manquent. Comme à Unilever, Coca Cola, Carrefour ou encore Haribo qui seraient sont des multinationales en détresse, dans des situations économiques catastrophiques alors qu’elles sont en situation de domination économique insolente, font des milliards de profits, distribuent des milliards de dividendes ou encore sont classées parmi les 1res entreprises mondiales…. ! Imaginez-vous ! Le drame !

Il faut quand même rappeler qu’en Finlande le slogan d’Haribo c’est « Le monde joyeux de Haribo », que le slogan de Coca Cola est « Enjoy »
pour les néophytes en anglais cela peut se traduire par savourez,
quand à carrefour c’est « J’optimisme »…

Bizarrement cela me laisse un arrière goût amer et négatif quand ces groupes veulent plonger des milliers de familles dans la perte d’emploi et la misère.

Parce que les capitalistes veulent, ils pensent pouvoir.

Mais c’est sans compter sur notre pugnacité à réagir, se lever à l’aube pour militer, encore cette semaine à Marignane avec les camarades de la cgt et leur exigence de progrès social.
C’est sans compter sur les actions que mènent les travailleurs dans tous les secteurs qu’il s’agisse de défendre le port, poumon de la ville et de la région, la chimie en faisant comme l’a fait récemment la CGT de La Mède des propositions innovantes pour l’emploi et l’environnement, des services publics dans l’action, des salarié-e-s des EPAHD le 30 janvier prochain, de l’action convergente du 22 février et le pacte social que la CGT propose au monde du travail de ce département….et désolé si je ne cite pas tous les secteurs en lutte…

C’est sans compter que dans ce monde de guerres nous levons toujours notre poing pour la paix entre les peuples, pour les Yémenites, le peuple kurde, les Rohingyas qui sont mutilés ou massacrés.

C’est sans compter que nous combattons tous les racismes les apartheids, que soutenons la déclaration de cette année 2018 comme année de la Palestine, que nous nous inscrivons dans la campagne BDS et nous nous réjouissons des initiatives internationales sur des bases de classes.

C’est sans compter que lorsque le pouvoir au service du capital international touche à un camarade syndiqué, souvent les plus tenaces bizarrement, qu’injustement on emprisonne des prisonniers politiques (Georges Ibrahim Abdallah, Salah Hamouri, Ahed Tamimi, et tant d’autres connus et moins connus ), nous serons toujours solidaires.
C’est sans compter sur le fait qu’à notre modeste mesure nous soutenons toutes ces luttes mais aussi nous avons à cœur de mettre en débat les perspectives politiques de changement de société que chaque combat ouvre.

C’est sans compter, que, année après année, à Rouges Vifs nous augmentons nos forces et c’est particulièrement vrai depuis la création de l’ANC dont nous sommes devenus une section départementale et nous allons poursuivre en nous redéployant en sections locales pour être au plus près des entreprises et des quartiers populaires.

C’est sans compter que à défaut d’avoir des millions d’euros, nous avons des millions d’idées à réaliser pour notre ville, notre société, notre monde.
Pour l’année 2018 je propose donc que le capitalisme compte sur nous pour lui répondre haut et fort.

C’est à l’exemple de toutes ces initiatives, de toutes ces relations, de tous ces combats gagnés, que l’on peut se souhaiter de continuer encore plus fort. On ne peut pas se satisfaire du monde tel que le capitalisme pense le faire tourner,

Parce que nous voulons rester révolutionnaires, les combats seront nombreux en 2018 !

Puis ce fut le tour de Judicaëlle LOUIS, nouvelle présidente de notre association nationale d’éducation politique populaire, "Le Cercle Manouchian" pour présenter le programme de formation et d’initiatives des prochains mois. Intervention bien appréciée par l’assistance. Ce programme sera d’ailleurs à retrouver sur ce site et sur la page Facebook du Cercle Manouchian

Enfin la parole était donnée à Charles HOAREAU, président de l’ANC. Il rappelait de façon complémentaire à Vincent le contexte international dans lequel nous sommes citant notamment les résistances en Amérique latine, la volonté US de mise en place du Grand Moyen Orient et le retour des guerres coloniales, la position constante de l’ANC pour la paix et la souveraineté populaire, en Corée aujourd’hui en Libye hier, souveraineté niée par l’UE. Prenant appui sur l’exemple sud-américain, face au mythe de l’Europe sociale, il en concluait "qu’il nous reste à inventer une ALBA européenne".
Sur la situation en France l’orateur disait que nous sommes face à la volonté d’instaurer la loi du propriétaire afin que celui qui a la propriété impose sa loi et que disparaissent tous les codes protecteurs. Face à cela il faut "imposer l’appropriation sociale ou la nationalisation peu importent les termes mais la propriété collective des moyens de production et d’échanges".
Par rapport au débat national qui s’est fait jour ces derniers temps au sujet du rapport syndicats/politiques il affirmait que l’ANC n’est pas de celles et ceux qui pensent qu’il faut revoir la charte d’Amiens au motif que les syndicats seraient dépassés, ni que les syndicats ne devaient pas se mêler de politique mais "que la charte d’Amiens est toujours d’actualité, qu’il y a un lien dialectique entre le syndicat et le parti, que les syndicats par leurs luttes interpellent le politique et que celui-ci doit soutenir les luttes bien sûr, mais aussi s’appuyer sur elles pour ouvrir des perspectives politiques, l’un nourrit l’autre". Et de citer en exemple le conflit des Fralibs et aujourd’hui celui des salarié-e-s de Carrefour qui pose non seulement la question de la course au profit, mais surtout celle de la place et le statut de la distribution, "quel commerce aujourd’hui pour ne pas écraser les producteurs, les salariés et les consommateurs" ?
Pour finir il rappelait le rôle de l’ANC pour le rassemblement des communistes, la réappropriation des repères, la formation des militant-e-s et disait son optimisme dans ce combat en terminant par la phrase de Castro "il vaut mieux dix guerriers que 100 brebis".

Vint alors le tour de Los Fralibos qui ont animé la soirée jusque tard dans la nuit...ou tôt le matin comme vous voulez !!



Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique