Cercle Manouchian : Les Jours heureux...

vendredi 13 mars 2015
popularité : 2%

C’est le titre du film documentaire français, réalisé par Gilles PERRET, que nous vous proposons de voir le vendredi 27 mars à 18 h 30. Ce documentaire explique d’où viennent : La sécurité sociale, le droit de vote des Femmes, la fonction publique (les hôpitaux, l’éducation nationale, la poste, la sncf, etc ) et ... les comités d’entreprises.

Dans le cadre de ses soirées cinéma, le cercle Manouchian a le plaisir de vous inviter à la projection du film de Gilles Perret :

LES JOURS HEUREUX




VENDREDI 27 MARS À 18 H30


Dans ses locaux, au 9 rue Saint André, à Marseille, dans le 14e. (métro Bougainville ou bus 89 depuis le centre ville ).

Ce film sera suivi d’un débat sur LA PROTECTION SOCIALE AUJOURDHUI
Avec Jean-Marie Angéli responsable syndical à la CPAM 13

Nous vivons toutes et tous de ces conquêtes...

C’est au coeur des temps les plus sombre de l’occupation allemande, entre mai 1943 et mars 1944, que des Résistants rédigent le programme du Conseil National de la Résistance, dans des conditions de danger extrême...

... [Quand l’utopie des Résistants devint réalité... Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de la résistance vont changer durablement le visage de la France. 
Ils vont rédiger le programme du Conseil National de la Résistance intitulé magnifiquement : « Les jours heureux ». Ce programme est encore au cœur du système social français puisqu’il a donné naissance à la sécurité sociale, aux retraites par répartition, aux comités d’entreprises, etc.


Ce film de témoignages et de commentaires sur les changements apportés au système social, basé sur la mémoire des membres survivants du CNR et des interventions d’économistes et hommes politiques contemporains, balance entre la gravité de la description des atrocités commises pendant la seconde guerre mondiale dans tous les camps, l’utopie qui a permis aux membres du CNR de définir un but sur lequel se raccrocher au cours de leurs combats et l’ironie, parfois amère, face au constat d’attaque, par la classe politique néo libérale de ce projet d’avenir pour la France qui leur a permis de donner un sens commun à leur lutte contre l’armée occupante. 


Notamment, Raymond Aubrac précise avec amertume que le programme du CNR a commencé à être démantelé « au début des années 1980 » (sous-entendant sous un gouvernement de gauche), puis n’hésite pas à traiter, avec beaucoup d’humour, Denis Kessler de « meilleur allié de la gauche » pour avoir osé déclarer sa volonté de « défaire méthodiquement le programme du CNR » (citation complète).

Léon Landini, dont le témoignage sert de fil conducteur à la narration, échange avec Stéphane Hessel sur l’actualité de la défense du programme du CNR. Pour empêcher le démantèlement du programme du CNR, Léon Landini explique qu’il est nécessaire de sortir de l’Union Européenne et de l’Euro, notamment pour recouvrer cette souveraineté nationale et populaire qui était au cœur de la résistance et tout à fait centrale dans le programme du CNR.] ...

CB

Des fermetures programmées dans la CPAM des Bouches du Rhône.


La direction vient de présenter un projet de restructuration de la CPAM 13 avec comme seule ligne de conduite la réalisation d’économies sur le dos des assuré (e)s et des salarié (e)s.

Tout de suite : fermeture des accueils de TARASCON, PORT DE BOUC, BERRE, AIX SAINT DONNAT et LA CIOTAT .

Et d’ici 2017 fermeture des accueils de : BONNEVEINE, MIRAMAS, LA ROSE, La CAPELETTE et fermeture des permanences de LA SAVINE, LA BRICARDE, LA VISTE, BOUGAINVILLE, PEYROLLES, TRETS et SAUSSET LES PINS.

Aucune ambiguïté, ni la proximité avec les assurés, ni la qualité du service rendu, ni les difficultés des populations précaires ne sont des priorités pour la direction de la CPAM

Nous pouvons tous constater une détérioration importante dans le traitement de nos dossiers, notamment concernant la création des dossiers, la CMU, les remboursements des feuilles de soins...

De plus la direction ne remplace qu’un départ à la retraite sur trois et demande aux salariés de faire toujours plus avec toujours moins de moyens.

C’est tout notre système de santé qui est en jeu et que les obligations économiques de Bruxelles sont en train de détruire.

Jusqu’à quand allons les laisser faire ?

La santé est un droit, pas une marchandise.

Syndicat CGT de la CPAM 13

JP



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur