Comment le vautour perdit ses plumes.

Histoire vraie
lundi 29 mai 2006
popularité : 2%

Il fait bien froid depuis longtemps, à Charleville, petite ville des Ardennes.

Dehors, il pleut . Dans les yeux de Magali, petite jeune femme frêle de 28 ans ce sont des larmes de tritesse , de désespoir et de découragement qui coulent en silence.

C’est aussi un grand froid qui à envahi le coeur de Tony, 30 ans , mari de Magali.

Quand à leur petit garçon, Jordan, 12 ans , lui si turbulent d’ordinaire ,est calme, trop calme, ces derniers temps.

Pourquoi un tel climat ?

Magali , malade, n’a pas le droit de travailler. Tony, quant à lui, n’a trouvé qu’une formation assez mal rémunérée pour pouvoir entretenir sa famille.

De surcroit, l’organisme payeur du stage de Tony, verse son salaire à la banque quand bon lui semble.

Les prélèvements des factures ne peuvent donc plus être honorés, les aggios gonflent et forment la somme rondelette que le jeune couple aurait dû donner, comme tous les mois à...l’huissier maître Vallerand.

Tony , prend donc rendez-vous, avec l’huissier, pour lui faire part de sa situation, espérant un délai pour arranger les choses.

Peine perdu, le « Carnhuissier », ironique et sans pitié viendra faire l’inventaire des quelques meubles du jeune couple. Tony, de rage, lui met un kilo de pommes dans les mains en lui disant d’aller les vendre sur le marché, pour se faire quelques euros de plus (celà lui vaudra de peu, insulte à magistrat).

Deux jours après, Magali trouvera dans sa boîte à lettres, le fameux papier bleu (facturé 100 euros), stipulant que leur petite voiture avait été immobilisée, par les soins de l’huissier, pour un coût de 75 euros et 8 euros par jours d’immobilisation).

Tony, amènera 100 euros à l’huissier, pour lui montrer sa bonne foi, rien n’y fera , le chacal sourit méchamment, il ne rendra pas le véhicule.

Seulement voilà, les papiers de la voiture (appartenant au grand-père, décédé), n’ont pas encore été mis au nom de Tony(faute d’argent), elle appartient donc toujours au père du jeune homme , qui en a hérité.

C’est donc pour vol de bien que notre huissier sera jugé par le Tribunal.

Après délibération, le juge laissera tomber la sentence et condamnera l’huissier (une première à Charleville).

- 350 euros de dommages et intérêts seront versés à Tony.

- Les frais d’immobilation du véhicule incomberont au saisisseur.

- Le véhicule, devra être restitué à Tony, vendredi avant 16h00 (sous peine de régler 10 euros supplémentaires par heure(s) de retard.

-vendredi, 25 mai.
L’huissier est venu restituer le véhicule à 15h55, avec son mauvais sourire de perdant. Il est bien clair que dans ses propos et son air rageur, il envisageait de venir saisir les meubles (ou préparer un autre mauvais tour) , pour se venger.

Mais, il n’aura pas eu ce plaisir, une amie a avancé les 2000 euros restants à la charge de Tony, afin que la dette soit remboursée une fois pour toutes.

Si en plus il existe des amis les temps sont durs pour les vautours...



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur