« Ignorer l’esclavage du passé est la racine du racisme »

dimanche 14 juin 2015
par  Gérard Jugant
popularité : 5%

Pour l’intellectuel Noam Chomsky, la société états-unienne préfère ignorer les siècles durant lesquels la communauté afro-américaine fut esclave, ce qui a contribué à ce que le racisme existe encore dans l’actualité.
Le philosophe états-unien Noam Chomsky, a considéré que la racine du racisme contre les afro-américains dans l’actualité est due à une « ignorance intentionnelle » sur le passé honteux dans lequel cette communauté fut dégradée et torturée pour soutenir la croissance économique du pays nord-américain.
Dans une interview pour le quotidien états-unien New York Times, celui qui est également linguiste a indiqué que la société nord-américaine a voulu oublier ce qui n’est pas convenable de savoir comme le cas des siècles durant lesquels les afro-américains furent utilisés comme main d’œuvre esclave pour développer l’industrie du pays.

« Les statistiques effrayantes des circonstances actuelles de la vie des afro-américains peuvent être confrontées avec d’autres déchets amers d’un passé honteux, des lamentations d’infériorité de la culture noire, ou pire, nous oublierons que nos richesses et privilèges furent créés en grande partie par des siècles de torture et de dégradation dont nous sommes les bénéficiaires et eux restent les victimes », a expliqué Chomsky.

Le philosophe a rappelé que les premiers esclaves noirs furent envoyés dans les colonies il y a 400 ans et « durant cette longue période de temps il y a seulement quelques décades que les afro-américains, et seulement quelques-uns, ont eu quelques possibilités limitées pour entrer dans la société états-unienne ».

Chomsky a également indiqué qu’il ne faut pas non plus oublier que les camps de travail d’esclaves du dénommé nouvel « empire de la liberté » furent une source principale de la richesse et des privilèges de la société états-unienne, ainsi que de l’Angleterre et du continent. « La Révolution Industrielle se fonda sur le coton, produit principalement dans les camps de travail des Etats-Unis ».
« La productivité augmenta plus rapidement que dans l’industrie, grâce à la technologie du fouet et du pistolet, ainsi que sur la pratique efficace de la torture brutale »,
souligna Chomsky.

En outre, il indiqua que sur ces bases de torture et d’esclavage de la communauté afro-américaine furent possibles le commerce et les institutions financières du capitalisme de l’Etat moderne.
Chomsky a considéré que le racisme de l’actualité n’est pas égal à celui d’autrefois grâce aux efforts des défenseurs des droits afro-américains, comme Martin Luther King, mais estime qu’il est loin encore d’être éradiqué.

Dans le contexte

En août 2014, Michael Brown, un jeune noir de 18 ans, décéda des coups de feu tirés par un policier blanc à Ferguson, dans le Missouri. Cet événement rouvrit le débat racial aux EU et remit en question le modèle de conduite de la police contre les citoyens, ce qui provoqua des protestations dans la localité.

Le 4 mars dernier, après une enquête, le Département de la Justice des EU confirma que la police et les tribunaux de Ferguson, dans l’Etat du Missouri (centre-est des EU) ont un patron raciste et violent systématiquement les droits humains des afro-américains.

D’autres jeunes afro-américains désarmés ont été assassinés par des agents de police blancs aux Etats-Unis. Le cas le plus récent est celui de l’adolescent Anthony « Tony » Robinson, assassiné le 7 mars dernier.

Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a reconnu les actions oppressives et abusives contre les afro-américains.

Entre avril et septembre 2014, 95% des personnes emprisonnées étaient des afro-américains.

Source : Telesurtv du 20 mars 2015.
Traduit de l’espagnol par Gérard Jugant



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur