Désolé pour toi

dimanche 1er février 2015
popularité : 2%

Cher ami

J’ai bien reçu ton mot qui m’explique que tu n’as pas pu venir aux vœux de Rouges Vifs 13.
Tu me demandes comment ça s’est passé ? Comment te dire ? Comment te raconter ce moment qu’on a vécu ?

Tout d’abord il y avait beaucoup de monde. Des camarades des boites en luttes, SNCM, Sécu, CAF, agroalimentaire, fonction publique, enseignement…, des représentants d’organisations CGT, des habitants du quartier et des quartiers populaires d’à côté, des militantes et militants antiracistes, le collectif BDS, nos camarades des quartiers sud qui ont traversé tout Marseille après leur réunion syndicale pour être là avec nous… et j’en oublie bien sûr.
Il y avait aussi, et cela correspond bien à ce que nous vivons ici depuis un an, des représentants des 18 associations et organisations qui luttent ensemble pour un autre avenir du département.



L’intervention de Rouges Vifs 13, par la voix de charles

Beaucoup de monde à qui on remettait à son arrivée une carte de visite du collectif George Ibrahim Abdallah, carte qui porte l’adresse où lui écrire et lui manifester ainsi notre soutien, ce qui avait le mérite de mettre immédiatement dans l’ambiance.

Combien étions-nous ? Difficile à dire. Danielle qui accompagnait la délégation ukrainienne a compté plus de 200 personnes qui se sont succédées. En tous cas c’est sûr le monde débordait des deux salles du local pour envahir le trottoir.

Ensuite il y a eu l’intervention du camarade de Rouges Vifs 13 saluant les organisations présentes [1] et les personnalités dont notre Gérard Meylan national il a d’abord dit que l’année avait commencé par un assassinat horrible et qu’il fallait s’interroger sur le pourquoi la France était devenue une cible. Pour faire court je te renvoie à l’article de Rouge Midi sur le sujet et d’informer à ce propos l’assistance de la venue de Saïd Bouamama à Marseille au local de Rouges Vifs 13 le samedi 7 février à 18h.

Il a ensuite parlé de la Grèce, je te passe tu peux lire l’article paru sur le sujet .

A celles et ceux qui, s’appuyant (récupérant ?) sur ce qui se passe en Grèce, rêvent d’un retour d’une nouvelle version de la gauche plurielle il a rappelé que pour Rouges Vifs 13 ce qui était à construire n’était pas une addition de sigles résultant d’accords entre dirigeants, mais un rassemblement ancré dans les luttes et de citer :
la Palestine, George Ibrahim Abdallah maintenu en prison par Valls au mépris du droit, le soutien aux kurdes dont il a salué la victoire historique, Cuba qui vient de donner au monde entier une leçon de persévérance dans la lutte, l’Afrique victime de tous les pillages et du retour des guerres coloniales et de dire : « ils ont l’air fin ce qui ont soutenu la guerre en Lybie ! pour quel résultat ? »

Il a aussi parlé des rassemblements de luttes à faire pour ici :
les moulins Maurel où une victoire est à portée de main, Fralib dans la phase nouvelle où ils se trouvent, la centrale de Gardanne où il n’y aurait pas d’un côté ceux qui veulent un emploi à tout prix quitte à travailler avec un masque à gaz et celles et ceux qui sont attachés à la vie !, la SNCM avec au cœur la question des services publics, celle des travailleurs détachés et bien sûr l’avenir du département, la CAF et la Sécu où les salariés avec le comité chômeurs se battent pour le maintien du service et contre la fermeture des accueils, St Louis sucre où pèsent à nouveau des menaces, la protection sociale des chômeurs et des intermittents, la filière portuaire, les écoles en proie à l’incurie de la municipalité et à une politique gouvernementale lamentable, la lutte dans les quartiers contre le chômage et les discriminations…

Pour aider à toutes ces luttes, pour leur donner une cohérence en termes de choix politiques on a besoin de (re) construire une organisation révolutionnaire a-t-il dit en rappelant l’appel du même nom. Et il a situé les élections qui approchent dans cette même démarche en disant « rassemblés dans les luttes, nous devons nous rassembler dans les urnes »…ce qui pour moi de fait exclut les « radicaux » (le mot est à la mode) de salon !

Après lui ce fut le tour du représentant de la délégation ukrainienne. Dire qu’il était en phase avec le discours précédent auquel il a fait référence a été une évidence pour l’assistance. On a entendu des mots qu’on n’a pas l’occasion d’entendre (en dehors de chez nous !) d’un dirigeant politique français comme quand par exemple il a fait référence à l’internationalisme prolétarien ou à leur volonté de garder la faucille et le marteau sur leur drapeau ce qui est là-bas un acte de résistance fort.



L’intervention du camarade de la délégation ukrainienne

On était tous émus en l’entendant, ayant le sentiment de vivre un moment historique d’autant plus émouvant que peu dans l’assistance étaient au courant de sa venue.
Il fut bien sûr fort applaudi.

Et puis ce fut le temps des agapes et là Los Fralibos nous ont enchantés. Sacrés camarades ! quelle belle présence !

Entre deux verres, deux embrassades entre amis, on chantait, battait des mains et même dansait pour plusieurs d’entre nous. Aminata et plusieurs camarades nous avaient préparé des plats dont elles ont le secret et c’est donc fort tard que ce sont terminés ces vœux bien en phase avec la carte d’invitation : pleins de luttes et de fraternité.

A un moment, Gérard, un camarade de Rouges Vifs 13 a pris le micro pour dire : « c’est aujourd’hui mon anniversaire, je veux vous dire merci pour le cadeau que vous m’avez fait ! ».

Voilà je ne vais pas en dire plus je pourrais t’en dire encore bien davantage, mais je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie. C’est vraiment dommage que tu n’aies pas pu venir…La prochaine fois ?


A bientôt sur nos chemins de luttes et de fraternité !

Les photos en grand ici


[1CGT, PCF, NPA, CQPM, collectif 1er juin, collectif BDS, collectif George Ibrahim Abdallah, Marseille résistance…que celles et ceux que l’on n’a pas cités nous excusent !



Commentaires