Hakim Ajimi, de l’incident banal à la violence meurtrière

lundi 9 janvier 2012
par  Charles Hoareau
popularité : 4%

Samedi 7 janvier à Grasse avait lieu une manifestation en soutien à la famille Adjimi, à quelques jours du procès qui doit se tenir dans cette même ville du 16 au 20 janvier prochain.

C’est au départ une banale histoire d’engueulade entre un homme et son banquier. L’histoire d’un chômeur à qui les allocations n’ont pas été versées depuis deux mois et qui ne peut retirer de l’argent à la banque. L’homme s’emporte, s’en prend verbalement au directeur de la banque et finit par s’en aller en claquant la porte.
Cela aurait pu et du en rester là, et nous n’en parlerions même pas.

Mais non. Le client parti, le directeur de la banque a appelé la police pour signaler l’incident. Elle aurait pu dire : « on va le convoquer et avoir une explication avec lui ». Elle aurait pu alors le mettre en garde, lui dire qu’il y a des propos à ne pas tenir, que le banquier n’y était pour rien…etc. L’homme se serait alors sans doute excusé, n’étant pas un habitué des tribunaux et ne voulant pas noircir un casier judiciaire encore vierge. Il serait peut être même allé voir son banquier qu’il connait pour renouveler ses excuses.
Et cela en serait resté là et nous n’en parlerions pas.

Mais non. La police qui connaissait Hakim (Grasse est une petite ville) a répondu qu’elle envoyait deux policiers de la BAC [1] (pour quel crime ?) et qu’ils allaient le rattraper sur le chemin du retour à son domicile. Arrivés à sa hauteur, ils auraient pu engager la discussion sur le trottoir, lui demander des explications, le sermonner s’ils le jugeaient utile.
Et cela en serait resté là et nous n’en parlerions pas.

Mais non. Ils lui donnent l’ordre de les suivre au poste et l’empoignent. Là hakim, dont on peut imaginer sans peine à quel point il est déjà dépité et en colère de ne pas avoir pu encaisser ses sous, refuse et se débat « non pour donner des coups mais pour sortir de l’emprise » dira l’un des policiers. Les 3 hommes tombent à terre. D’autres policiers (municipaux cette fois-ci) arrivent, Hakim est étendu face contre terre, il est menotté aux mains et aux pieds et 3 hommes sont sur lui.
Cela aurait pu et du en rester là.
La presse locale aurait peut être alors fait un entrefilet sur une interpellation musclée suite à une altercation banale et sur une histoire de compte bancaire vide pour cause de retard dans le versement des allocations chômage.

Mais non. Alors qu’il est maintenu allongé et entravé aux 4 membres, que 3 hommes sont sur lui, l’un des 3 lui fait une de ces clés d’étranglement, interdite dans d’autres pays, et qui a valu à la France sa condamnation par la Cour Européenne de Justice. L’auteur se justifiera ensuite en disant « j’ai fait une prise genre clé d’étranglement, mais je n’étais pas à fond »(sic !). Dans le même temps, Hakim reçoit des coups. Combien ? Combien de temps ? Les témoignages varient, mais les policiers eux-mêmes admettent que Hakim est resté ainsi au sol 10mn. 10 mn dans cette situation ? Vous avez bien lu.

Un témoin, Ludovic Gérard, raconte : « Il était à terre. Ils étaient trois sur lui. Un policier lui faisait une pression sur la colonne vertébrale avec son genou. Un autre l’étouffait avec son bras. Il avait les mains menottées sous le torse. Il était violet, il demandait à respirer. Il a pris deux coups de poing, deux bonnes pastèques. J’ai dit aux policiers : "Vous l’avez maîtrisé, il n’y a pas besoin de plus." » Ludovic Gérard finira au poste, menotté, pour avoir voulu s’interposer. « Là, assure-t-il, au bout d’une demi-heure, une policière affolée demande de l’aide : il venait de faire un arrêt cardiaque. »
A 16 h 30, Hakim est déclaré mort.

JPEG - 141.9 ko
Sur les murs un dessin de l’interpellation

Entre temps un camion de pompiers s’est bien rendu sur le lieu de l’interpellation au centre ville de Grasse. En vain. Les policiers leur ont demandé d’embarquer un collègue blessé, mais pas Hakim…

On était en mai 2008 et depuis cette date la famille se bat d’audience en audience, avec les juges, les procureurs et le ministère de l’intérieur pour que les faits soient regardés avec le maximum d’objectivité, qu’il y ait une vraie justice. Ce samedi à Grasse, des délégations venues de Paris, de Lyon, du Var et des Bouches du Rhône étaient venus dire à la famille, aux amis d’Hakim et aux habitants de Grasse et sa région qu’ils étaient à leurs côtés dans ce combat.

Et comment ne pas faire le parallèle, pour ne citer qu’un exemple, avec Ali Ziri, 69 ans, mort à Argenteuil en juin 2009 lors d’une interpellation suite à un contrôle routier et pour lequel un non lieu vient d’être prononcé [2] ?
Comment ne pas faire le lien les autres personnes mortes lors d’interpellations, tous les cas de brutalités policières rapportées et qui concernent neuf fois sur dix des habitants de France au faciès africain du nord au sud ?

La France, donneuse de leçon de démocratie au monde entier, n’arrive pas à regarder en face les atteintes au droit et les discriminations dont elle se rend coupable sur son propre territoire. Le représentant d’Amnesty International l’a d’ailleurs rappelé à sa manière lors des prises de parole qui ont eu lieu en citant 5 cas de décès lors d’interpellations.

Samedi le comité de soutien, qui appelle à la mobilisation pendant le procès et en particulier le 20, jour du verdict, a tenu à dire que son but ce n’était pas de faire le procès de la police en général, mais le procès de ces policiers là [3], de ces évènements là, de cet enchainement de comportements tour à tour revanchards, inutilement provocateurs, brutaux qui ont transformé un banal incident en une tragédie qui a vu la mort d’un jeune de 22 ans.


Pour toutes informations sur la mobilisation pendant le procès contacter Rouge Midi.


[1Brigade Anti Criminalité

[2Pour hakim aussi un non-lieu avait d’abord été prononcé. Il a été cassé par la cour d’appel d’Aix

[37 policiers comparaissent en correctionnelle. Deux pour homicide involontaire et 5 pour non assistance à personne en péril


Commentaires

Annonces

Abonnez-vous, soutenez Rouge Midi


Brèves

9 septembre - Médicaments et matériel médical pour Gaza

"L’association de médecins PALMED (Palestine Medical), présidée par le Dr Mohamed Salem, (...)

17 juin - Netanyahou l’apprenti sorcier.

La dis­pa­rition mys­té­rieuse de trois jeunes colons au soir du 12 juin aux alen­tours du bloc (...)

25 avril - L’U.E n’est pas l’avenir de la France.

Pierre Laval a dit beaucoup de choses au cours de sa longue vie politique. Presque toutes ont (...)

2 mars - ENFIN ! Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré

Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré
Le combattant antiterroriste (...)

10 janvier - SMCM de Marseille : Victoire d’une lutte exemplaire

Les sirènes des navires n’ont peut-être pas retenti dans les ports de Corse et de (...)

12 décembre 2013 - Palestine : Ça bouge en Europe. Que fait la France ?

Il y a un mois le Pré­sident de l’AFPS adressait une lettre au Premier Ministre pour lui (...)

18 novembre 2013 - Lettre ouverture de Taoufiq Tahani, président de l’AFPS, à François Hollande

Monsieur le Président de la République,
Vous vous rendez ces jours-​​ci en Israël (...)

17 octobre 2013 - Rencontre du CRIF avec le Parti Communiste

Le CRIF, cette officine communautariste qui soutient l’occupation et tous les dirigeants (...)

23 septembre 2013 - La France humiliée par l’armée israélienne d’occupation

Des diplo­mates euro­péens ont été mal­menés le 20 sep­tembre, à Khirbet al Makhoul dans la (...)

22 septembre 2013 - Maroc : la voiture du 1er ministre bloquée par les chômeurs

Maroc. Le premier ministre Benkirane bloqué par les diplômés chômeurs Benkirane sauvé par la (...)