Non à l’attaque contre le droit de grève !

jeudi 13 octobre 2022
par  Charles Hoareau
popularité : 28%

Hier dans le 13 les syndicats CGT du golfe de Fos (raffineries et entreprises liées à celles-ci) tenaient une conférence de presse à l’UL CGT de Martigues en présence du secrétaire général de l’UD CGT, Olivier MATEU. Le ton a été donné : « si le gouvernement met ses menaces à exécution, quel que soit l’endroit en France, la CGT 13 appellera à la lutte pour s’opposer à des mesures qui sont illégales ».
Car derrière le mot réquisition, c’est bien d’une attaque en règle contre le droit de grève qu’il s’agit.

Aujourd’hui ce sont les raffineurs qui sont visés. Demain l’énergie, les employé-e-s de la grande distribution, les personnels de santé (qui sont déjà largement empêchés de faire grève), les personnels des transports (dont le droit de grève est très limité par la loi DIARD...?

Comme le disait non sans humour hier Fabien CROS (CGT TOTAL) « le PDG s’est augmenté de 52%, le groupe a décidé d’augmenter les actionnaires de 30%, c’est donc qu’ils sont conscients qu’il faut rattraper la perte du pouvoir d’achat. Nous on ne demande même pas ça ! » et de rajouter « Et parlons aussi de notre demande d’embaucher les précaires alors que nous fonctionnons de plus en plus mal avec 30% de précaires au point de mettre la sécurité en danger. Je rappelle qu’en France depuis un an les incendies se sont multipliés dans les usines du groupe et en particulier dans les 3 plus grosses, Normandie, Feyzin et Donges. »

Et de revenir aussi sur la décision de la France d’importer du gasoil russe (on oublie les sanctions ?) qui est en fait du carburant raffiné en Inde. Le délégué CGT rappelle que le groupe a fermé les raffineries en France pour s’affranchir des normes sociales, environnementales (en oubliant peut-être que la terre est ronde et que la pollution touche de fait le monde entier) et de sécurité.
Sur cette dernière question parler d’envoi des forces de police dans des sites classés SEVESO relève de l’irresponsabilité.
Dans la soirée, devant les décisions gouvernementales, la CGT 13 annonçait un appel à la grève pour le 18 octobre prochain et la presse de souligner ce matin, non sans inquiétude, qu’avait lieu aujourd’hui une réunion nationale des fédérations et unions départementales CGT car le mécontentement sur les salaires grandit bien plus fort que celui sur la pénurie d’essence.

Déclaration de l’ANC

« Un bond en arrière de 160 ans ?

Face à la pénurie de carburant due au refus des directions d’Esso et de TOTAL, le gouvernement a décidé de faire appel aux réquisitions de grévistes remettant en cause ainsi la loi de 1864 accordant le droit de grève au bout de 70 ans de luttes souvent réprimées dans le sang. Pourtant il est connu que les profits des multinationales sont tels que les salaires actuels pourraient être doublés sans mettre les deux compagnies. Pire gouvernement, medef et médias s’acharnent sur les grévistes y compris en répandant des mensonges sur les salaires et les revendications. Alors pourquoi cet acharnement ? Tout simplement parce que ce qui se joue dans cette lutte dépasse largement les raffineries. Si les grévistes gagnent cela aura des répercussions dans plusieurs domaines Sur les salaires des raffineries qui travaillent en 3x8.

Sur la consommation et donc sur l’emploi dans tous les commerces alentours Sur le statut des intérimaires, les précaires et autres sous traitants dont la cgt revendiquer l’intégration dans les compagnies.

Pour l’ensemble du monde du travail car si les raffineurs gagnent, cela tirera tous les salaires vers le haut, donnera une dynamique là où on se sent trop isolés pour agir

C’est cette peur de la généralisation de la grève qui fait prendre à notre gouvernement digne d’une dictature. L’ANC appelle l’ensemble de la population à protester contre les mesures du gouvernement et partout où ils et elles sont agir avec les organisations syndicales pour aller vers une généralisation de la grève.

Pour l’ANC si réquisition il doit y avoir, elle doit être totale et c’est celle des moyens de production et d’échange sous le contrôle de celles et ceux qui produisent et distribuent les richesses. C’est bien dans cet esprit que nous revendiquons entre autres la nationalisation des grands groupes pétroliers qui enrichissent quelques propriétaires et appauvrissent l’ensemble de la population.
Paris le 11 octobre 2022 »


Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur