Version imprimable de cet article Version imprimable | envoyer l'article par mail title= Envoyer par mail

Que dire d’être Noir dans la « république » de Pétion-Ville* ?

samedi 4 août 2012
popularité : 2%

On le savait...mais voici une nouvelle illustration du fait que le racsme n’a pas de frontières...

Ce n’est pas une nouvelle : à Haïti, le noir est soit sale, soit diabolique. Il est assimilé, dans un contexte socio-économique comme le nôtre, à "ces gens-là", ceux qui sont pauvres et analphabètes. Pour prendre leurs distances avec le noir de leur peau, des jeunes gens subissant la pression sociale n’hésitent pas à utiliser des produits pour se blanchir et paraître plus beaux, au détriment de leur santé.

Près de 98 % des habitants de ce pays sont pourtant… NOIRS ! Et, parmi eux, MOI ! Je suis une Négresse et je n’ai pas de raisons particulières de m’en mortifier – surtout, je ne peux rien y changer. Raison de plus pour ne pas porter l’opprobre de ma couleur. C’est aux racistes de mon propre pays de rougir.

La discrimination contre une personne africaine-américaine, dont je fais les frais quand je visite un magasin de la rue Louverture ou que je vais au supermarché de la rue Ogé à Pétion-ville, annonce-t-elle l’établissement – dans un proche avenir – d’un ordre nouveau ? Y a-t-il quelque chose que les Noirs de ce pays doivent craindre ? Car subir le racisme à l’étranger, c’est une chose – tout aussi inacceptable, mais compréhensible. Mais le subir chez soi en est une autre.

C’est d’autant plus avilissant pour ceux qui sont derrière une telle violation qu’ils ont oublié qu’eux aussi sont "ces gens-là" ailleurs qu’à Haïti ou en Afrique. Alors, pourquoi reproduire des comportements qui les humilient et les réduisent, en dehors de toute rationalité, au rang de parias, dans un pays qui les a accueillis, qui leur a donné une patrie et qui a fait leur fortune et leur bonheur ?

Comme une cliente ordinaire

J’ai 37 ans, un bac+8 (je suis diplômée en linguistique, en histoire de l’art et en journalisme), j’habite à Pétion-Ville, je suis correspondante ponctuelle pour le plus grand quotidien de France. Depuis deux ans, j’occupe un poste de directrice régionale dans une organisation internationale qui fait notamment de la formation et de la production en journalisme et en communication sociale. J’ai des horaires de fous, du lundi au dimanche, et je gagne ma vie à la sueur de mon front. Donc, quand je franchis la porte d’un magasin ou d’un supermarché en citoyenne lambda, le bon sens voudrait qu’on me traite comme une cliente qui vient dépenser son argent, sans aucune discrimination relative à la couleur de ma peau.

Alors, je suis en droit de demander pourquoi, quand je m’arrête à la fin d’une dure journée de travail pour faire mes courses, on me refuse l’accès à ces magasins sous le prétexte que je porte un sac à dos dans lequel se trouve mon ordinateur (MacBook dernier cri), mon appareil photo (Nikon D80), mon enregistreuse (Marantz) et autres bricoles que, pour rien au monde, je ne laisserai dans une voiture sur un parking – même prétendument – sécurisé à Port-au-Prince. S’il y a suspicion de vols à l’étalage, les mesures pour les contrer me paraîtraient plus que normales si elles concernaient les Blancs comme les Noirs.

Donc, je ne vous cache pas ma colère quand, en vue d’organiser une petite fête pour les 3 ans de ma fille, je vais au supermarché de la rue Ogé après le boulot pour en vitesse échanger – ticket de caisse et reçu de carte de crédit en main – un produit défectueux. En premier lieu, le vigile me tape sur l’épaule sur le pas de la porte et m’annonce la couleur : "Madame, ou dwe banm valiz" ["Madame, il faut laisser votre sac à l’accueil"]. Je me tourne vers lui pour m’exécuter quand je vois passer devant moi une femme blanche qui m’a même un peu bousculée parce que, en fait, je bouchais le passage. Distraitement, je la regarde investir les premiers rayons du magasin et... que vois-je ? Elle porte, elle aussi, un sac à dos, exactement comme le mien. Mais aux yeux de cet homme, la femme qui vient de passer est invisible ! Alors, je ramasse le peu d’énergie qui me reste de ma journée pour lui crier : "Ou avèg ? Pou kisa ou pa pran valiz madanm sa a ki pase devan nou la ?" Il a dû piger – à mon ton – qu’il ne fallait pas qu’il me cherche trop, parce qu’il me lance un inaudible : "Ok, ok, ale non". Fin de l’épisode.

Africain-Américain, donc potentiellement voleur

Je rentre dans le supermarché et je me mets en quête d’un "superviseur", comme me l’a recommandé une caissière à qui j’ai expliqué mon cas. Après vérification du produit et quelques doutes sur mon honnêteté, on me fait finalement passer à la caisse avec un just come de la part du fameux superviseur, qui ne parle ni créole ni français, juste un anglais approximatif.

N’ayant sans doute rien compris à ma requête, il me rend l’argent. Je lui explique alors que je ne suis pas là pour récupérer l’argent mais pour "échanger" le produit. Il me dit alors que je peux échanger le produit, mais que je dois d’abord sortir pour déposer mon sac dans les casiers à l’entrée. Je lui rétorque qu’il n’en est pas question et que, s’il veut m’accompagner au premier étage, libre à lui mais que je ne vais pas quitter le magasin pour revenir. Dédaigneusement, il fait signe à un jeune homme qui s’approche et lui demande de me mettre dehors. Comme pour narguer le hasard ou pour me confirmer que je suis victime d’un profilage racial, une femme – ai-je besoin de le préciser, une Blanche – passe avec un sac à dos. Je ne saurais dire si c’était la même ou pas, mais ça a fait un déclic en moi et, à partir de ce moment, j’étais hors de moi. Cinq minutes plus tard, je repartais, bouillonnante de colère, avec mon nouveau produit.

Ce n’était pas ma première expérience de ce genre. Au magasin de la rue Louverture, il y a quelque mois, c’était le même scénario. Ce raccourci facile qui voudrait que tous les Africains-Américains entrant dans un magasin soient potentiellement des voleurs alors que les Blancs et les Arabes sont considérés comme des clients réglementaires est non seulement insultant pour ma personne, mais est aussi scandaleux et révoltant à l’échelle d’un pays peuplé de Noirs. Le plus effrayant dans tout ça, ce sont les Noirs préposés à administrer ces traitements dégradants à leurs compatriotes et obéissant dans l’abêtissement le plus total ; ils se prennent au jeu et se croient réellement supérieurs aux autres. Dépourvus de sens critique, ils ne pensent même pas à remettre en question leur propre situation ni le traitement qu’ils subissent eux-mêmes.

A l’heure où en Europe ou aux Etats-Unis on fait des pas immenses contre la discrimination, le racisme, le profilage racial, la xénophobie, voulons-nous vraiment perdre nos acquis et embrayer la marche arrière sur cette question aussi dans la première République africaine-américaine du monde ? A quand la ségrégation ?

Par Nicole Siméon source Le Nouvelliste le 27/07/2012

Transmis par Linsay


*commune d’Haïti de la banlieue de Port-au-Prince.


Version imprimable de cet article Version imprimable | envoyer l'article par mail title= Envoyer par mail

Commentaires

Navigation

Mots-clés de l'article

Annonces

Abonnez-vous, soutenez Rouge Midi


Brèves

17 juin - Netanyahou l’apprenti sorcier.

La dis­pa­rition mys­té­rieuse de trois jeunes colons au soir du 12 juin aux alen­tours du bloc (...)

25 avril - L’U.E n’est pas l’avenir de la France.

Pierre Laval a dit beaucoup de choses au cours de sa longue vie politique. Presque toutes ont (...)

2 mars - ENFIN ! Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré

Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré Le combattant antiterroriste (...)

10 janvier - SMCM de Marseille : Victoire d’une lutte exemplaire

Les sirènes des navires n’ont peut-être pas retenti dans les ports de Corse et de (...)

12 décembre 2013 - Palestine : Ça bouge en Europe. Que fait la France ?

Il y a un mois le Pré­sident de l’AFPS adressait une lettre au Premier Ministre pour lui (...)

18 novembre 2013 - Lettre ouverture de Taoufiq Tahani, président de l’AFPS, à François Hollande

Monsieur le Président de la République, Vous vous rendez ces jours-​​ci en Israël (...)

17 octobre 2013 - Rencontre du CRIF avec le Parti Communiste

Le CRIF, cette officine communautariste qui soutient l’occupation et tous les dirigeants (...)

23 septembre 2013 - La France humiliée par l’armée israélienne d’occupation

Des diplo­mates euro­péens ont été mal­menés le 20 sep­tembre, à Khirbet al Makhoul dans la (...)

22 septembre 2013 - Maroc : la voiture du 1er ministre bloquée par les chômeurs

Maroc. Le premier ministre Benkirane bloqué par les diplômés chômeurs Benkirane sauvé par la (...)

30 juillet 2013 - Justice : La taxe de 35 euros enfin supprimée

Communiqué de la CGT L’instauration d’un timbre fiscal de 35 €, décidée par (...)