Il y a 70 ans : l’Affiche Rouge

mercredi 19 février 2014
popularité : 2%

Le 21 février 1944, les murs de Paris se couvrent de grandes affiches rouges. Elles annoncent que 23 « terroristes », membres d’un groupe de résistants à l’envahisseur allemand viennent d’êtres exécutés au Mont Valérien près de Paris. Pour la plupart ils sont étrangers, immigrés et leur chef s’appelle Missak Manouchian.

Le réseau des FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans – Main d’Oeuvre Immigrée) parisien est fondé en mars 1942 avec des équipes de roumains, de juifs polonais ou hongrois et d’italiens. Ils représentent une trentaine de combattants soutenus par une quarantaine de militants. Ils dépendent du mouvement de résistance des FTP, créé par le part communiste en 1941.

Les FTP-MOI commettent à Paris 229 actions contre les allemands. La plus retentissante de leurs actions est l’assassinat, le 28 septembre 1943, du général SS Julius Ritter, qui supervise le Service du Travail Obligatoire (STO), responsable de l’envoi en Allemagne de centaines de milliers de jeunes travailleurs français.

C’est par une trahison que le 16 novembre 1943 le groupe est arrêté par la police française.

Livrés à la police militaire allemande, Manoukian et 23 de ses camarades sont jugés devant la presse collaborationniste qui s’appesantit sur leurs origines bien sûr. Les 22 hommes sont fusillés au fort du Mont-Valérien le 21 février 1944. La seule femme du groupe, Olga Bancic, est décapitée à Stuttgart le 10 mai 1944.

C’en est fini des FTP-MOI parisiens. Le traitre sera retrouvé et exécuté.

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant.
 [1]

Les 23 membres du groupe Manouchian exécutés par les nazis

• Celestino Alfonso (Espagnol)
• Olga Bancic (Roumaine juive)
• Joseph Boczov (Boczor József ; Wolff Ferenc) (Hongrois juif)
• Georges Cloarec (Français)
• Rino Della Negra (Italien)
• Thomas Elek (Elek Tamás) (Hongrois juif)
• Maurice Fingercwajg (Polonais juif)
• Spartaco Fontano (Italien)
• Jonas Geduldig (Polonais juif)
• Emeric Glasz (Békés (Glass) Imre) (Hongrois juif)
• Léon Goldberg (Polonais juif)
• Szlama Grzywacz (Polonais juif)
• Stanislas Kubacki (Polonais)
• Arpen Lavitian (Arménien)
• Césare Luccarini (Italien)
• Missak Manouchian (Arménien)
• Marcel Rayman (Polonais juif)
• Roger Rouxel (Français)
• Antoine Salvadori (Italien)
• Willy Szapiro (Polonais juif)
• Amédéo Usséglio (Italien)
• Wolf Wajsbrot (Polonais juif)
• Robert Witchitz (Français juif)

Nul ne semblait vous voir Français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents.

Le chef de ce groupe de résistants s’appelle Missak (Michel) Manouchian. Il est né en 1906, à Adyama (Arménie). En 1915 sa famille est décimée lors du génocide perpétré par les armées turques. Après quelques années dans un orphelinat en Syrie, il rejoint la France en 1925.

Il devient tourneur aux usines Citroën à Paris et crée dans le même temps deux revues littéraires. Il adhère au PCF en 1934. En 1939, il demande à être mobilisé dans l’armée française. En 1943 il devient le chef militaire du groupe parisien des FTP-MOI. Comme son camarade espagnol Célestino Alfonso, il refuse d’avoir les yeux bandés au moment de mourir.

Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand.

Cette affiche rouge doit rester dans notre mémoire comme la preuve irréfutable que le courage n’a pas de pays. La lutte contre le fascisme renaissant à besoin de nous tous, quelque soit la couleur de notre peau ou l’origine de nos parents. La liberté et la démocratie ont toujours eu besoin de la fraternité, de la solidarité et du don de soi.

Les roms ont pris la place des italiens et des arméniens d’hier, victimes des mêmes préjugés et du même rejet. Le racisme, l’islamophobie, l’antisémitisme sont brandis comme des armes de divisions massives, alors que nous disons que la classe ouvrière internationale est une et indivisible et que l’appel « Prolétaires de tous les pays unissons-nous » n’a jamais autant été d’actualité .

La_peniche

Pour mieux comprendre l’effet de propagande recherché par cette affiche :

http://www.herodote.net/Textes/afficherouge.pdf

Le poème d’Aragon chanté par Léo Ferré :

http://www.youtube.com/watch?v=oW9tnZjTjFkhttp://www.youtube.com/watch?v=oW9t...


[1Louis Aragon



Commentaires

Logo de Alain Chancogne
vendredi 21 février 2014 à 18h36 - par  Alain Chancogne

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur