Le bonnet rouge

(une vraie fable vécue)
samedi 16 juin 2012
popularité : 2%

Je suis magistrat du parquet depuis plus de 25 ans…
Alors, à moi, on me la fait pas !
« Non, monsieur le procureur, j’vous jure, c’est pas moi le casse, j’étais avec
ma copine… Son prénom ? C’est Célia, mais j’suis pas sûr de son prénom,
c’est pt’être Cilia ou Licia, vous me comprenez, monsieur, je l’ai juste rencontrée en boîte… Son nom ? J’sais pas monsieur, j’lui ai pas demandé…
Son adresse ? J’sais pas monsieur mais j’sais y aller chez elle, monsieur, je
vous y emmène de suite !
Y’a mon sang sur la poignée de la caisse ? J’vous jure, m’sieur, c’est pas possible, j’étais avec ma copine ! C’est sûrement quelqu’un qui l’a mis exprès…
C’est possible, monsieur, j’l’ai vu à la télé ! ».
Balivernes usuelles entendues par les magistrats du parquet lors de la mise
en examen préalable à la comparution immédiate…
Jusqu’au jour où…
Les faits sont réels : le procès-verbal, je l’ai personnellement classé sans
suite…
Juste quelques détails modifiés, et un peu de romance (mais pas sur le fond) !

D’abord, l’histoire…

En 2009, dans la journée, un cambriolage est commis dans un pavillon cossu d’une commune de la banlieue résidentielle d’une grande ville de province. Pas de mode opératoire très caractéristique (fenêtre fracturée avec un tournevis, maison fouillée de fond en comble, bijoux en or volés).Juste un cambriolage comme il s’en commet beaucoup chaque jour et, justement ce jour-là, les habitants absents en journée (au travail…) de la localité en avaient connu un certain nombre !

La gendarmerie enquête, avec minutie et précision,
comme d’habitude… Sur les lieux du
cambriolage, dans la villa, son attention est
attirée par un bonnet rouge, avec un logo Ekin
violet et rose, trouvé par terre : il n’appartient
pas aux victimes !

Les gendarmes téléphonent au parquet.
Peuvent-ils faire rechercher les traces génétiques
sur le bonnet (ça coûte plein de sous
et le résultat n’est pas garanti) ? Le parquet
dit oui mais pas le circuit court (le labo privé
qui donne les résultats en quelques jours mais
coûte la peau des fesses…) mais le circuit long
(le labo public pas cher mais aux délais très
longs).

Le bonnet est donc envoyé pour analyses
(recherche de trace génétique, par exemple sur
un cheveu découvert) au labo surbooké, la routine
quoi…

Un an plus tard (oui, y’ a que dans Les Experts
le dimanche soir qu’on a les résultats après la
pause publicitaire !), les résultats parviennent
aux enquêteurs : on a trouvé un cheveu, on a
extrait de l’ADN, et cet ADN (merci le Fichier
national des empreintes génétiques -FNAEG-…)
est celui d’un cambrioleur poly-toxicomane,
multi-récidiviste et pluri-réitérant, Arsène L…
Sans désemparer, les gendarmes foncent
pour interroger le coupable présumé, dont ils
connaissent la résidence habituelle… Sans
même avoir besoin de le placer en garde à vue
(à la quarantième fois, Arsène L. sait bien qu’il
n’a pas besoin de son avocat pour un petit truc
comme ça), les gendarmes obtiennent, à peine
le temps de partager une cigarette et de discuter
du dernier match de foot (Arsène L. est fan
du PSG et les gendarmes le savent), les aveux
du suspect.

En substance, ce dernier leur dit qu’il a fait
plein de cambriolages du même type dans la
même commune ; celui-là, il ne s’en souvient
pas précisément mais, bon, il en a fait des
dizaines, tous se ressemblent…
Et c’était il y a plus d’un an, il tient pas un
journal de bord !

Mais, surtout, le bonnet rouge avec le logo Ekin
violet et rose oui, c’est bien le sien, d’ailleurs
il se demandait où il l’avait perdu… (j’pourrais
le récupérer, chef, c’est rare avec le logo violet
et rose… ?).
Voilà, affaire bouclée, vive la police scientifique,
vive les fichiers !

Reste plus qu’à téléphoner au parquet, comparution
immédiate et peine-plancher qui
s’annoncent…

Épilogue normal…

À l’audience, Arsène L. s’excuse et promet
qu’il va se réincarsérer (sic, mais dans un autre
dossier), le parquet requiert trois ans de prison
ferme, l’avocat plaide un quatrième sursis
avec mise à l’épreuve (SME) (mais très très très
strict -sic, le quotidien de la correctionnelle-),
le tribunal prononce deux ans…

La gendarmerie a bien fait son travail, les
victimes (qu’on a oublié d’aviser à temps de
l’audience, comme d’habitude) ont été (mal)
remboursées par leur assurance (de toutes
façons, Arsène L. est insolvable…), le prévenu
a bénéficié d’un procès équitable, l’avocat lui
conseille de ne pas faire appel (je vous ai fait
gagné un an !), la justice est passée…

Fermez le ban

SAUF QUE, DANS CET ÉPILOGUE IMAGINAIRE… :
on aurait condamné un parfait innocent et cela fut prouvé !

Épilogue anormal…

Voici la suite très authentique de l’histoire…
Quand les gendarmes ont interrogé Arsène
L., il purgeait en prison une énième peine
pour cambriolages multiples (et c’est pour
ça que les gendarmes ont pu l’interroger si
vite).

Après avoir reçu ses aveux, les enquêteurs
passèrent au greffe de la maison d’arrêt
(par excès de conscience professionnelle
ou pour dire bonjour à une surveillante de
leur connaissance, les procès-verbaux ne le
disent pas…) où, à leur grande surprise, ils
constatèrent qu’à la date du cambriolage,
Arsène L. était déjà en prison depuis plusieurs
jours (et ni évadé, ni en permission
de sortie ce jour-là). Il était donc impossible
qu’il ait commis le vol !

Bref, voici nos pandores allant annoncer au
coupable (comme dirait certain ex-président)
son innocence, grâce à eux et contre
lui démontrée !
Depuis, on cherche qui avait emprunté à
Arsène L. son bonnet si typique pendant
qu’il était en prison…

Morale (première) de la fable :

Policier, procureur, avocat… méfie-toi des
suspects qui avouent et que les preuves
accablent !

Ou morale (seconde) de la fable :

Juge, méfie-toi quand policier, procureur,
avocat et suspect sont tous d’accord !

Morale (très subsidiaire) de la fable :

La vérité judiciaire n’est qu’un mensonge.
Innocent ou coupable, qui peut en juger ?

Raphaël Grandfils,
revue J’essaime du syndicat de la magistrature


Annonces

Abonnez-vous, soutenez Rouge Midi


Brèves

9 septembre - Médicaments et matériel médical pour Gaza

"L’association de médecins PALMED (Palestine Medical), présidée par le Dr Mohamed Salem, (...)

17 juin - Netanyahou l’apprenti sorcier.

La dis­pa­rition mys­té­rieuse de trois jeunes colons au soir du 12 juin aux alen­tours du bloc (...)

25 avril - L’U.E n’est pas l’avenir de la France.

Pierre Laval a dit beaucoup de choses au cours de sa longue vie politique. Presque toutes ont (...)

2 mars - ENFIN ! Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré

Fernando Gonzalez, l’un des cinq Cubains, a été libéré
Le combattant antiterroriste (...)

10 janvier - SMCM de Marseille : Victoire d’une lutte exemplaire

Les sirènes des navires n’ont peut-être pas retenti dans les ports de Corse et de (...)

12 décembre 2013 - Palestine : Ça bouge en Europe. Que fait la France ?

Il y a un mois le Pré­sident de l’AFPS adressait une lettre au Premier Ministre pour lui (...)

18 novembre 2013 - Lettre ouverture de Taoufiq Tahani, président de l’AFPS, à François Hollande

Monsieur le Président de la République,
Vous vous rendez ces jours-​​ci en Israël (...)

17 octobre 2013 - Rencontre du CRIF avec le Parti Communiste

Le CRIF, cette officine communautariste qui soutient l’occupation et tous les dirigeants (...)

23 septembre 2013 - La France humiliée par l’armée israélienne d’occupation

Des diplo­mates euro­péens ont été mal­menés le 20 sep­tembre, à Khirbet al Makhoul dans la (...)

22 septembre 2013 - Maroc : la voiture du 1er ministre bloquée par les chômeurs

Maroc. Le premier ministre Benkirane bloqué par les diplômés chômeurs Benkirane sauvé par la (...)