Les Etats Unis de mal empire

vendredi 17 mars 2006
popularité : 2%

Mondialisation de l’oppression et globalisation des résistances
L’agressivité des Etats-Unis n’est pas sans susciter des réactions diverses à travers le monde et c’est bien entendu le cas des peuples victimes les plus directes de l’impérialisme US. Devant le confort douillet de leurs certitudes distillées au quotidien, l’opinion publique occidentale ne reçoit que des échos lointains et déformés d’une résistance qui s’organise.

Dans cette levée des résistances des peuples du Sud, et particulièrement sur le continent Américain, le jeu qui s’est engagé est exceptionnellement riche et complexe. Nourris de toutes leurs expériences passées - des batailles perdues, des victoires éphémères, des résistances qui perdurent malgré tout jusqu’à devenir symboles - chaque peuple apporte à sa manière les pièces qu’il a récupérées sur le champ de bataille. Dans ces contrées lointaines et mystérieuses ignorées par nos médias, et qui ne sont pourtant que les foyers de tous ces autres « nous », les esprits, les mains et les cœurs s’activent pour reconstruire un avenir de la planète qui ne repasserait pas par la case « départ ». Alors, si vous entendez quelques rumeurs, si vous percevez quelques mouvements, ne vous laissez pas encore une fois duper par le système de propagande occidental. Dites-vous simplement que c’est l’Histoire qui redémarre.

Danielle Bleitrach et Victor Dedaj sont les auteurs de nombreux livres dont Cuba est une île (Temps des Cerises, 2004).
Maxime Vivas est l’auteur de Comme le scorpion mon frère (Le Temps des cerises, 2003).



Commentaires

Sites favoris


20 sites référencés dans ce secteur